Navigation Menu
L’histoire de l’abbaye : La Fondation

L’histoire de l’abbaye : La Fondation

sur 29/07/2013 dans Histoire | 0 commentaire

Saint Colomban, moine irlandais fondateur de l’abbaye de Luxeuil en Gaule, traverse les Alpes, vers 610?, pour se rendre en Italie. Il s’est, peut-être arrêté à Saint-Maurice-d’Agaune en Valais comme l’a souligné le révérend Passier, chanoine de Sixt, dans son ouvrage intitulé «Recueil de la vie et des gestes du vénérable Ponce, troisième supérieur de la congrégation d’Abondance», paru en 1666 à Annecy. C’est hypothèse apparaît peu vraisemblable car Abondance est trop troche de Saint-Maurice et que d’autre part, le saint a fondé un établissement au bord du lac de Constance.

Il semble plus logique de voir l’origine de la fondation de l’abbaye Notre Dame d’Abondance par l’abbaye Saint-Maurice-d’Agaune en 1043 ou 1080? En effet, cette dernière qui a été fondée en 515 par Sigismond, roi de Bourgogne, est située à 35 km d’Abondance. L’abbaye s’installe dans un premier temps dans le haut du Val d’abondance, à Abondance(?) à 500 m du chef-lieu au lieu-dit «sur les Crêts». Puis elle se déplace à La Chapelle d’abondance suite à une catastrophe naturelle survenue à Combafou et revienne, définitivement à Abondance. Cela s’est, peut-être passé au XIIe siècle comme le laisserait supposer l’existence d’un cloître roman sous le cloître actuel…

Ce sont les razzias sarrasines, puis hongroises, subies par l’abbaye Saint-Maurice-d’Agaune à la fin du Xe siècle qui ont encouragé les chanoines à s’installer dans le Val d’Abondance . La fondation du prieuré a pu se faire avec les terres données par la famille féodale de Féternes vers 1043. En 1108, le comte Amédée III de Savoie reconnaît la donation du Val d’Abondance aux Chanoines. Entre 1138 et 1144, le prieuré devient abbaye.

 

La période des chanoines augustins (1140 – 1607)

Depuis 1140 environ, la congrégation des chanoines applique la règle de saint Augustin, écrite par Ponce de Faucigny, fils du sire de Faucigny, frère de l’évêque de Genève.

L’abbaye d’Abondance se détache, en 1158, de l’abbaye mère Saint-Maurice. Aux XII et XIIIe siècles, l’abbaye d’Abondance reçoit une bulle papale de félicitations (1155) pour son rayonnement spirituel.

Vers 1433 commence, avec le régime de la commende, le début de la décadence. En effet, l’abbé, nommé par le duc, n’a d’autres préoccupations que de percevoir les bénéfices importants du monastère. Si bien que François de Sales, évêque du diocèse de Genève obtient le remplacement des chanoines indigne par des feuillants.

Envoyer une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *